cécilenizou - europan - 01

Europan 6 – Session 2001

Requalification d’une caserne militaire / Rennes (35) / Surface d’intervention : 2 ha
Organisateur : Europan France / Architectes : Cécile NIZOU – Jean-François MAURAS / 2001.

cécilenizou - europan - 08

cécilenizou - europan - 02cécilenizou - europan - 03cécilenizou - europan - 07cécilenizou - europan - 01cécilenizou - europan - 04cécilenizou - europan - 05cécilenizou - europan - 00

Le site de la Caserne Mac Mahon, situé à la confluence de quartiers typologiquement  différents, offre une possibilité à la ville de travailler autour d’un outil urbain prenant en compte à la fois les données formelles du site mais aussi les facteurs nés des flux humains que les nouveaux aménagements de la ville déplacent et requalifient.
L’outil urbain proposé et les orientations prévues veulent se positionner dans le long calcul du redessin de l’espace public, depuis le canal de l’Ille jusqu’à la voie ferrée, tous
deux symboles emblématiques des mobilités urbaines involontairement oubliées.

Au sein même de l’îlot de l’ancienne caserne, trois espaces végétaux clairement définis, se détachent: la forêt de pins parasol, le jardin intérieur entre bâtiments de logements et les potagers.
Le programme architectural propose la réaffectation des bâtiments existants pour des fonctions tertiaires et la création d’immeubles de logements. La présence d’une population en activité au sein d’un ensemble de résidences renverse le schéma classique qui préconise la séparation très nette entre  logements et zones d’activité. Cette idée doit être renforcée par la création de liens forts mais particulièrement étudiés au sein même de l’îlot de manière à respecter l’individualité de chacun.
Largement ouvert sur des espaces publics (places, carrefour, voies de circulation automobiles, passages piétonniers), le projet architectural communique avec l’espace extérieur. Il laisse deviner l’aménagement de la place centrale par quelques échappées visuelles. La pénétration du végétal et la mise en place de transparences étudiées, instaurent également un dialogue avec les constructions voisines. Le choix de surélever les bâtiments de manière à laisser glisser le végétal sous le bâti va dans ce sens.